Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 17:13

Sur un article récemment publié, un internaute (Jean Michel) m'a demandé d'écrire un article sur les méfaits des antennes et l'utilisation des téléphones portables. J'ai repris pour cela une étude récente, datant du 11 janvier 2012 afin de vous faire part de ma réflexion.

 

L'électrosensibilité

 

L'électrosensibilité recouvre des symptômes spécifiques pouvant s'apparenter à d'autres troubles ou maladies mais qui se manifestent à proximité ou lors de l'usage d'équipements électriques. Les ressentis sont divers, mais un sentiment d'inconfort ou de mauvaise santé est perçue par la personne qui en souffre.

Il n'existe pas de profil symptomatique spécifique, ce qui signifie que les symptômes peuvent s'apparenter à d'autres troubles ou maladies comme des rougeurs de la peau, des picotements ou des brulures, fatigues, maux de têtes, trouble du sommeil, anxiété, trouble digestif, vertiges, douleurs musculaires, irritation des yeux.

 

EHS.JPG

 

Sont classés dans les intolérances idiopathiques environnementales, les troubles associés à des facteurs environnementaux (ici les champs électromagnétiques) ayant en commun "des symptômes non spécifiques similaires, qui restent non expliqués sur le plan médical et dont les effets sont préjudiciables pour la santé des personnes." (Source: Aide-mémoire n°296, OMS).

 

Dans 54% des cas, les médecins généralistes estiment que l’association entre les champs électromagnétiques et les symptômes est plausible.

 

Le champ electromagnétique

 

Antennes relais et smartphones génèrent une variation du courant pour transmettre l'information autour d'une fréquence porteuse, cette variation de courant génère un champs électromagnétiques.

 

EHS1.JPG

 

Schreier et coll. (2006) notent que des inquiétudes sont plus souvent exprimées à l'égard des antennes de téléphonie mobile et des lignes à haute tension par rapport au GSM, appareils électriques et téléphone sans fil.

 

Des études en double aveugle ont été réalisées pour savoir si les personnes ressentaient une gène lorsqu'ils étaient soumis ou non à des champrs électromagnétiques. Les volontaires ne savaient pas si un champs rayonnait ou non pendant l'étude. Dans les études de provocation, les volontaires sont exposés en laboratoire à des champs électriques et/ou magnétiques. Ils doivent déterminer s'ils ont été exposés (détection du champ) et rapporter d'éventuels symptômes. Ils peuvent également être soumis à différents tests de mémoire et d'attention.

Selon le groupe d'experts de la Commission Européenne (Bergqvist et al, 1997) et le groupe de travail de l'OMS (voir aide-mémoire n°296), le terme "électrosensibilité" n'implique pas une relation établie entre les champs électromagnétiques et une réaction de santé car les études de provocation n'ont pas montré une relation claire entre les sensations subjectives et l'exposition aux champs électromagnétiques.

 

Le fait que les symptômes apparaissent aussi bien dans les conditions où le champ est réellement généré ou non (condition dite simulée) indique que ces symptômes peuvent être expliqués par des effets nocebo. Ces effets nocebo sont liés à l’effet d’attente consciente de symptômes associés à l’exposition perçue et à une vigilance soutenue/accrue envers les indicateurs possibles d’une exposition (Röösli, 2008 ; Rubin et coll., 2010).

 

Pour conclure, je vous conseille ce site.


Les symptômes évoqués sont réels et la souffrance de ces personnes ne doit jamais être remise en question. Cependant, ils ne peuvent objectivement être attribués aux champs électromagnétiques. Vous trouverez de nombreux témoignages de personnes electrosensible qui souffrent réellement, devant se protéger du mieux qui le peuvent, vous trouverez des études scientifiques prouvant que les ondes ne sont pas nuisibles, études contreversées par des affinités entre les chercheurs et les opérateurs.

Pour ma part, je ne suis pas médeci, je n'ai donc aucune réponse à cette question, je partage la souffrance des gens électrosensibles, mais au vue des différentes études scientifiques, les ondes electromagnétiques aux puissances actuellement transmises (cxf. norme) ne sont pas nocives. La puissance est limitée au niveau de l'émission des antennes et cette puissance s'atténue très rapidement (carrée de la distance et de la longueur d'onde). Pour les antennes actuelles (omnidirectionnelles), la nocivité n'est pas prouvée.

Le fait que l'oreille chauffe lorsque vous passez un appel est normal car votre oreille est collée à l'antenne de votre téléphone. Ainsi, la peau s'échauffe, mais la pénétration dans la peau (et donc vers le cerveau) est nulle.

Enfin, les oreillettes protègent dans le sens ou l'antenne du téléphone est éloignée de l'oreille. L'oreillette ne fait pas office d'antenne comme on peut aussi le lire sur certains sites.

Pour des effets à long terme, il est trop tôt pour en parler.

 

Complément d'un internaute :

 

La résolution N° 1815 du Conseil de l’Europe adoptée en mai 2011 traitant du danger potentiel des champs électromagnétiques, ainsi que le communiqué de presse N° 208 du CIRC de l’OMS classant ceux-ci comme possiblement cancérigènes pour l’homme (Groupe 2B) lancent deux alertes sanitaires auxquelles il convient d’apporter une attention particulièrement non flottante.
C'est pourquoi il est légitime de s'interroger sur les effets de la 3.9G/4G sur la santé, couche supplémentaire de pollution électromagnétique sur celles de la 2G, 2.75 Edge et 3G.
L'électro-hypersensibilité est désormais une préoccupation croissante des professionnels de la santé et un handicap reconnu pour environ 3% de la population française, consécutive au déploiement industriel de la téléphonie mobile et de l’implantation de dispositifs de communication sans fil qui ne dépendent que de la seule initiative des opérateurs historiques, dont les effets possiblement nocifs sur le vivant inquiètent à juste titre.


A la lecture du communiqué de presse N°208 du CIRC :

 

 

Les données ont été passées en revue de façon critique, et évaluées dans leur ensemble comme étant limitées chez les utilisateurs de téléphones sans fil pour le gliome et le neurinome de l’acoustique, et insuffisantes pour être concluanres pour les autres types de cancers. Les données des expositions professionnelles et environnementales mentionnées plus haut ont également été jugées insuffisantes. 

 

"Etant donné les implications de cette classification et de ces résultats pour la santé publique, il est crucial que des recherches supplémentaires soient menées sur l’utilisation intensive à long terme des téléphones portables», a déclaré le Directeur du CIRC, Christopher Wild.

 

Indications de cancérogénicité limitées : une association positive a été établie entre l'exposition à l'agent considéré et la survenue de cancers, et le groupe de travail estime qu'une interprétation causale de cette association est crédible, mais il n'a pas été possible d'exclure avec suffisamment de certitude que le hasard, des biais ou des facteurs de confusion aient pu jouer un rôle.


Indications de cancérogénicité insuffisantes : les études disponibles ne sont pas d'une qualité, d'une concordance ou d'une puissance statistique suffisantes pour permettre de conclure à l'existence ou non d'une relation de cause à effet entre l'exposition et le cancer, ou bien aucune donnée sur le cancer chez l'homme n'est disponible.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by 4glte - dans Société
commenter cet article

commentaires

Erianillopa 09/04/2012 22:15

J'ai la faiblesse de penser que sauf à avoir développé le syndrome d'intolérance aux champs électromagnétique (SICEM) ou avoir vécu un épisode dramatique en rapport avec l'électro-hypersensibilité
(EHS), personne ne se sent vraiment concerné et un grand nombre feint d'ignorer le sujet. Les EHS sont des porteurs d'alerte. Ils ont l'expérience pour l'avoir vécu, des effets sur leur santé et
des douleurs ressenties lorsqu'ils s'approchent du feu. On ajoute l'insulte à la blessure lorsqu'une pseudo étude voudrait les psychiatriser comme c'est le cas à l'APHP Cochin.

Chacun ne fait pas le rapprochement entre CEM et problèmes de santé. Lorsqu'il est question de prévalence, les spécialistes l'estime à 2% ou 8% de la population. L'écart est trop important pour que
le "comptage" soit fiable. Mais comment savoir tant qu'une étude n'aura pas extrapolé de manière patente et irréfutable sur les humains les effets biologiques des irradiations prouvés sur les rats.
En réalité, le cancer est en augmentation partout dans le monde pour des raisons multi factorielles (génétiques et environnementales). Les champs électromagnétiques artificiels participent à ce
cocktail de pollution qui détruit à petit feu notre système nerveux et immunitaire. L’actualité nous rapporte chaque jour de nouveaux facteurs de risques: aujourd'hui un adjuvant dans le coca cola,
hier le parabène et ainsi de suite... A cela s'ajoute un étalage de scandales: les prothèses mammaires pip, les prothèses de hanche ASR, les médicaments suspects etc. Je crains qu'une lassitude
perverse n'atteigne la population qui profite aux lobbies et scientifiques négationnistes souvent en conflit d'intérêts.

Quant aux experts qui interviennent chez l'habitant à leur demande pour des audits de CEM, ils font un énorme travail de fourmi sur le terrain. Ils constatent souvent que la pollution est déjà à
l'intérieur de l'habitat avant d'ouvrir les fenêtres. J'ai fait l'expérience chez une riveraine avec deux enfants en bas âge qui luttait contre l'implantation d'une AR face à son domicile. Certes
les AR existantes émettaient déjà un peu fort. Mais ses équipements wifi, dect, ampoules fluo compact etc. bien plus au delà du raisonnable. Je n'ai pas osé lui dire... M'aurait elle cru?

Alors il y a une stratégie assez bien partagée pour faire baisser les émissions de CEM: celle qui consiste à gêner sur le terrain sans faire de romantisme les opérateurs dans leur conquête aveugle
des toits. C'est plus efficace et visuelle que de faire du porte à porte en prêchant la bonne parole avant qu'un ministère n'ordonne la mort du sans fil, ne prohibe les amalgames aux métaux lourds
responsables d'électro-galvanisme, et n'oblige les opérateurs à planifier par le fer et par le feu un maillage intelligent et responsable des AR etc.

En attendant, combien d'ados dorment et se réveillent avec leur smartphone, twittent ou face-boukent toute la journée y/c en classe et le rangent dans la poche du pantalon quand ils ne téléphonent
pas sans kit piéton.
Bref les angles d'attaques sont multiples, c'est pourquoi j'ai le sentiment de pratiquer le Greenwashing lorsque je milite contre les AR, tant le sujet est beaucoup plus vaste et complexe...
Cordialement.

4glte 10/04/2012 06:27



Comme indiqué dans l'article, lles symptômes évoqués sont réels et la souffrance de ces personnes n'est pas remise en question.


L'article que vous citez en référence dit également :


"une association positive a été établie entre l'exposition à l'agent considéré et la survenue de cancers, et le groupe de travail estime qu'une interprétation causale de cette association est
crédible, mais il n'a pas été possible d'exclure avec suffisamment de certitude que le hasard, des biais ou des facteurs de confusion aient pu jouer un rôle."


Les tests en double aveugle n'ont pas non plus apporté les réponses souhaitées.


Vous avez évidemment libre parole et parole cruciale car vous savez de quoi vous parlez en subisant évidemment ces symptômes, pour ma part je ne peux me contenter de lire les études et avis et de
diffuser ceux-ci en informant sans alarmé lorsque l'étude semble insuffisante pour impacter ces technologies.


Merci pour votre mail, et l'article a été écrit pour informer les gens.


Seulement, une étude européenne réalisée par l'éditeur de logiciels antivirus Kaspersky Lab montre ainsi que 20% des Français déclarent qu'ils ne peuvent se séparer de cet objet dans la chambre à
coucher. Le smartphone dépasse la télévision, considérée comme essentielle dans cette pièce par 17% des personnes interrogées.



Erianillopa 09/04/2012 22:03

Merci pour votre réponse très réactive.
La résolution N° 1815 du Conseil de l’Europe adoptée en mai 2011 traitant du danger potentiel des champs électromagnétiques, ainsi que le communiqué de presse N° 208 du CIRC de l’OMS classant
ceux-ci comme possiblement cancérigènes pour l’homme (Groupe 2B) lancent deux alertes sanitaires auxquelles il convient d’apporter une attention particulièrement non flottante.
C'est pourquoi il est légitime de s'interroger sur les effets de la 3.9G/4G sur la santé, couche supplémentaire de pollution électromagnétique sur celles de la 2G, 2.75 Edge et 3G.
L'électro-hypersensibilité est désormais une préoccupation croissante des professionnels de la santé et un handicap reconnu pour environ 3% de la population française, consécutive au déploiement
industriel de la téléphonie mobile et de l’implantation de dispositifs de communication sans fil qui ne dépendent que de la seule initiative des opérateurs historiques, dont les effets possiblement
nocifs sur le vivant inquiètent à juste titre.
Peut être serait il opportun de réfléchir à préserver des zones blanches.
Cordialement.

4glte 10/04/2012 06:28



J'ai inséré votre remarque dans l'article pour plus de lisibilité, j'ai lu les références cités qui parlent effectivement de surveillance pour un risque hypothétique mais non formellement prouvé
de cause à effet.


Merci cependant pour ces compléments d'informations instructifs



Présentation

  • : La 4G : Tout ce qu'il faut savoir sur le sans fil et la mobilité
  • La 4G : Tout ce qu'il faut savoir sur le sans fil et la mobilité
  • : Sans fil, ubiquité, nomadisme, ces notions vous parlent? Ce blog est un site de vulgarisation sur la téléphonie mobile de 4ème Génération ou 4G, du LTE et du web 2.O. L'évolution de la téléphonie mobile vers un réseau tout IP va modifier les habitudes professionnelles et personnelles concernant l'utilisation des appareils communicants. Dans ce blog, on dévoile les évolutions techniques et l'impact des ces évolutions sur le comportement humain (les nouveaux services).
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens